Maintenir Paris en tête des destinations touristiques mondiales

La maire de Paris a initié des mesures qui s’avèrent peu bénéfiques, voire néfastes pour le tourisme dans la capitale. Les professionnels du secteur doivent donc s’efforcer d’engager le dialogue avec une municipalité qui fait la sourde oreille…

Une municipalité peu favorable au développement touristique de la ville

L’équipe de Mme Hidalgo ne semble pas accorder une grande importance au tourisme qui constitue pourtant la première activité économique de la capitale française. Les dernières décisions prises concernant la circulation témoignent d’une inaptitude à s’adapter à la demande actuelle. Le coût de stationnement des autocars qui a triplé, la prochaine interdiction des autobus en diesel à partir de 2020, ainsi que la fermeture des voies sur berge font partie de ces mesures peu appropriées adoptées récemment.

Aujourd’hui, Paris est dépassée par les autres villes qui ont su élaborer des offres adaptées, et les tristes événements survenus fin 2015 ne sont pas seuls en cause. Le fait est là : la capitale n’est plus la destination prestigieuse qu’elle avait été.

Des mesures catastrophiques aux conséquences durables

En fait, les mauvais choix de la municipalité auront des effets à long terme sur l’industrie du tourisme. Déjà, les autocars qui n’ont pas la possibilité de s’arrêter ni devant les hôtels ni sur des emplacements spécifiques se verront contraints d’errer dans la ville et donc d’accroître la pollution.

Les véhicules diesel devront pour leur part être remplacés, et les autocaristes nationaux subiront la concurrence des opérateurs internationaux. Même si les autocars hybrides représentent une alternative intéressante, ils n’ont malheureusement pas la capacité d’effectuer de longs voyages.

Une fiscalité pénalisante

Outre ces mesures « écologiques » finalement peu profitables à l’environnement et au tourisme, la mairie exerce aujourd’hui une pression fiscale qui n’encourage pas du tout les activités commerciales. Depuis un moment, les professionnels du secteur doivent s’acquitter de taxes excessives : séjour, stationnement, publicité, tout y passe. Les moindres détails coûtent cher aux opérateurs, comme la voirie ou la collecte des ordures ménagères.

Devant ces mesures aberrantes, TourCom appelle les différents intervenants du secteur touristique et des loisirs à s’assembler pour que Mme Hidalgo et son équipe reconnaissent les retombées désastreuses de leur politique actuelle.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *