La télémédecine va révolutionner le secteur médical

Les consultations médicales à distance, via internet comme les appels vidéo, sont déjà effectives dans une demi-douzaine d’établissements à travers la France. Bien qu’elle ne concerne pour l’instant que des cas liés à la dermatologie (ulcères, escarres, plaies chroniques, etc.), dans un avenir proche, la télémédecine pourrait bien devenir l’un des moyens qui permettront à de nombreuses personnes isolées d’avoir accès à des avis médicaux en cas d’urgence.

Une solution au manque de médecins spécialisés

De nombreuses zones rurales sont désertées par les professionnels médicaux, notamment par les médecins spécialistes. Le généraliste ou le médecin de campagne pourra recourir à la télémédecine pour demander l’avis d’un expert à l’hôpital ou dans un centre spécialisé. Cette solution est un service public appelé à être largement utilisé rapidement. Néanmoins, il est utile de préciser qu’elle n’est pas destinée à remplacer les médecins, mais contribuera surtout à faciliter l’accès aux soins.

Pour l’instant, elle est appliquée pour les consultations en dermatologie. Les Ehpads devraient bientôt être équipés pour les consultations en gériatrie. L’autre spécialité qui sera appelée à bénéficier de la télémédecine est la cardiologie.

aratice

Une initiative saluée par les responsables de la santé publique

L’Agence régionale de la santé, les collectivités locales (régions et départements notamment) et les Caisses primaires d’assurance maladie adhèrent au concept. Pour solutionner le manque de médecin surtout. L’ARS de la Sarthe a pris les devants et a investi dans l’équipement et la formation du personnel médical des centres de santé, des hôpitaux et des Ehpads du département souhaitant mettre en place un service de télémédecine.

Les 15 premiers établissements qui se sont portés volontaires ont bénéficié en tout de 500 000 € de subventions. Une douzaine d’Ehpads s’équiperont pour les consultations gériatriques. Les établissements qui veulent assurer des consultations en cardiologie devront toutefois disposer d’une machine pour les électrocardiogrammes.

Comment ça marche ?

Une téléconsultation nécessite un ordinateur, une caméra dotée d’un « zoom » performant ou une caméra portable et connectée qui servira à prendre et envoyer des clichés au spécialiste sollicité, ainsi qu’un stéthoscope connecté. Le coût de l’équipement installé dans une salle spécifique ou mobile (installé sur un chariot multimédia informatique) s’élève entre 9 600 et 14 000 €. En principe, le généraliste discutera du cas avec le spécialiste via un appel vidéo, images du patient présent dans son cabinet à l’appui.

Les avantages de la télémédecine incluent : des données de patients traçables et sécurisées, des urgences désencombrées, un accès rapide aux médecins spécialistes, le gain de temps, la réduction du déplacement des patients fragiles, etc. À noter également que les consultations à distance font l’objet de remboursement de la part de la CPAM.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *